Maladies des poules : symptômes et traitements

Les poules sont de plus en plus fréquentes dans les jardins. Mais les éleveurs en herbe ne connaissent pas forcément les différentes maladies des poules. Il est essentiel de reconnaître les symptômes afin de réagir au plus vite. Dans cet article, nous passerons en revue les principales maladies des poules, les signes à surveiller et les mesures de prévention et de traitement.

Reconnaître une poule malade

1. Les maladies infectieuses des poules

Les infections sont courantes chez les poules et peuvent être très graves pour leur santé. Contagieuses, elles peuvent se propager rapidement dans une basse-cour. Voici les principales maladies infectieuses que le cheptel peut contracter.

1.1 La coccidiose : maladie mortelle pour les poussins

La coccidiose est une maladie parasitaire qui affecte les poussins comme les poules pondeuses. Cette affection est causée par un protozoaire appelé coccidie. Les symptômes comprennent une prostration, une perte d’appétit, une diarrhée sanglante. Cette maladie engendre une mortalité élevée chez les poussins. Cependant, il existe des traitements efficaces pour aider à guérir de cette maladie.

Les oocystes (oeufs des coccidie) sont les formes de résistance du parasite. Ils sont retrouvés dans les fientes des poulets infectés. Ils peuvent survivre longtemps dans l’environnement. L’ingestion de ces parasites, provenant de l’environnement contaminé, engendre le développement de la maladie chez les animaux. La coccidiose est donc contagieuse.

De plus, le développement de cette infection est plus répandu dans les enclos trop petit par rapport au nombre d’animaux de basse-cour. Les surfaces minimales conseillées par animal doivent donc être respectée afin de diminuer les risques.

1.2 La maladie de Marek

La maladie de Marek est une infection virale qui affecte principalement les poussins et les jeunes volailles. Un virus de la famille des herpesvirus se propage rapidement dans une basse-cour. Les symptômes comprennent une perte de poids, une paralysie, une cécité et une mortalité élevée chez les poulets non vaccinés. Le virus peut se propager par contact direct entre les oiseaux ou par l’inhalation de poussière contenant le virus.

La péritonite infectieuse aviaire est une maladie causée par ce virus, qui peut provoquer une inflammation du péritoine, la membrane qui entoure les organes internes. Les symptômes de la péritonite infectieuse aviaire comprennent une poule qui boit beaucoup, des yeux fermés, une perte d’appétit, une perte de poids, et des difficultés à respirer. Cette maladie peut être traitée avec des antibiotiques, mais il n’existe aucun remède définitif pour la péritonite infectieuse aviaire.

1.3 La maladie de Newcastle

La maladie de Newcastle, également appelée pneumoencéphalite aviaire, est une infection virale hautement contagieuse. En effet, elle affecte les poulets et les oiseaux sauvages.

Ainsi,les syndromes comprennent une prostration, une diarrhée, une difficulté respiratoire puis une mortalité élevée chez les poulets non vaccinés. Le virus peut se propager par contact direct entre les oiseaux, par inhalation de particules aériennes infectées ou par contact avec des objets contaminés.

1.4 La grippe aviaire

La grippe aviaire, également appelée influenza aviaire, est une maladie virale hautement contagieuse qui affecte principalement les oiseaux sauvages. Cependant, elle peut également infecter les poulets et les autres volailles. Les symptômes comprennent une prostration, une diarrhée, une difficulté respiratoire et une mortalité élevée chez les poulets.

Le virus peut se propager par contact direct entre les oiseaux, par inhalation de particules aériennes infectées ou par contact avec des objets contaminés. Certains pays imposent des restrictions pour la basse-cour durant les périodes de propagation afin de limiter les impacts dans les élevages intensifs. Un vaccin existe mais il est, à ce jour en France, uniquement réservé aux parcs animaliers…

1.5 La maladie de Gumboro : mortelle pour les poussins

La maladie de Gumboro, également appelée la maladie de la bourse, est une infection virale très contagieuse qui affecte les volailles, en particulier les jeunes poussins. Un virus de la famille des Birnaviridae engendre cette maladie.

La transmission se fait par contact direct avec les fientes ou les sécrétions respiratoires des oiseaux infectés, ainsi que par l’eau et la nourriture contaminées. Les symptômes de la maladie de Gumboro incluent :

  • une perte d’appétit,
  • une léthargie,
  • une diarrhée,
  • des problèmes respiratoires.

Bien qu’il n’y ait pas de traitement spécifique pour la maladie de Gumboro, la vaccination préventive est fortement recommandée pour éviter sa propagation dans les élevages de volailles.

1.6 Les maladies respiratoires des poules

Les maladies respiratoires chez les poules sont très courantes. Elles peuvent être causées par plusieurs agents pathogènes différents. Les symptômes les plus fréquents de ces maladies incluent la toux, l’éternuement, la respiration sifflante, la respiration difficile et la congestion nasale. Les affections peuvent être très contagieuses et se propager rapidement dans une basse-cour. Les infections respiratoires les plus courantes chez les volailles sont :

  • La bronchite infectieuse : Ce virus se caractérise par une inflammation des poumons. La poule qui tousse fait partie des syndromes de cette maladie. De plus, l’animal peut également présenter des symptômes oculaires, tels que des yeux rouges et gonflés. Un vaccin existe pour cette infection.
  • Le rhume : Ce virus engendre une inflammation des voies respiratoires supérieures. La poule enrhumée présentera une toux sèche, des éternuements et une congestion nasale. En outre, rapidement traitée, c’est une affection banale dont la poule se remet facilement.
  • Le coryza : Cette maladie bactérienne se caractérise par une inflammation des membranes muqueuses des voies respiratoires supérieures. Les symptômes incluent une toux, des éternuements, des écoulements nasaux et oculaires.
  • Les mycoplasmes : Ces bactéries sont responsables de plusieurs maladies respiratoires chez les volailles, dont la sinusite infectieuse et la trachéite. Ces infections peuvent inclure une toux, des éternuements et une respiration difficile.

1.7 Variole aviaire

La variole aviaire, également connue sous le nom de «fowlpox», est causée par le virus avipoxvirus. Il existe deux formes de variole aviaire : une variété dangereuse la diphtérique et la cutanée plus singulière. Elle se propage par les insectes comme les moustiques et les autres oiseaux. Dans la forme cutanée, les symptômes de la variole aviaire chez les animaux à plumes sont des lésions cutanées, des nodules et les croûtes sur la peau, la bouche, la trachée et les paupières. Pour la forme plus virulente, les volailles infectées peuvent avoir du mal à respirer et perdre leur appétit. Le traitement consiste généralement à administrer des antibiotiques pour prévenir les infections bactériennes qui pourraient survenir à la suite des lésions.

Cependant, il n’y a pas de traitement spécifique pour cette infection elle-même. La prévention est essentielle. Autrement dit, une bonne hygiène du poulailler et de l’environnement ainsi que la vaccination sont les remèdes principaux. Par ailleurs, les animaux vaccinés peuvent également aider à protéger les autres membres du cheptel grâce à l’immunité collective.

2. Les maladies non infectieuses des poulets

Aussi, les poulettes peuvent également être victimes de maladies non infectieuses. Elles peuvent affecter leur santé et leur bien-être. Voici quelques-unes des maladies non infectieuses les plus courantes chez nos amis à plumes :

2.1 La pododermatite de la poule

La pododermatite, également connue sous le nom de “bumblefoot”, est une infection courante de la patte des poules. C’est une inflammation de la plante du pied. Celle-ci peut être causée par une blessure, une mauvaise hygiène ou un perchoir trop saillant. Cette infection se caractérise par une enflure de la plante du pied, une croûte d’une coloration noire ou brune de la peau, une douleur et une boiterie.

Pododermatite des poules

Si elle n’est pas traitée, la pododermatite peut entraîner une infection généralisée et même la mort de l’oiseau. Pour prévenir l’infection, il est important de fournir un sol sec et propre à la basse-cour. De plus, le poulailler doit posséder des perchoirs adéquats avec des bords arrondis. Ainsi, il devra être régulièrement nettoyé. Si un animal présente des symptômes de pododermatite, il doit être isolé et traité.

2.2 Le prolapsus de l’oviducte

Cette maladie engendre la sortie de l’appareil génital d’une poule par son cloaque. Des efforts de pondaison excessifs souvent induit par une inflammation du système de ponte. Les symptômes comprennent la présence d’un tissu rougeâtre ou rose qui sort du cloaque. Dans ce cas, la poule sera alors prostrée et restera à l’écart des autres. Le traitement de cette condition implique souvent une intervention chirurgicale pour remettre l’oviducte en place.

3. Les maladies des poules dues aux parasites

Les parasites sont des organismes qui se nourrissent de la poule et peuvent provoquer des maladies graves. Les poules qui sont gardées à l’intérieur d’une basse-cour peuvent être infectées par différents types de parasites, tels que les poux mallophages, les poux rouges, les acariens et les vers.

3.1 La gale des pattes

Un acarien creuse des tunnels dans la peau des pattes de la poule. Les volailles touchées par cette infestation ont des pattes enflées et des croûtes jaunâtres qui se forment sur la peau. Ces acariens peuvent être tués avec un corps gras. Il sera bon aussi de désinfecter les pattes. Les acariens pouvant passer d’un animal à l’autre, cette maladie est contagieuse.

3.2 La gale des plumes

Pour cette autre infestation, des acariens se nourrissent des plumes de la poule. Les animaux touchés ont des plumes cassantes puis ils perdent des plumes. Elles se grattent et ont la peau rouge. Les autres animaux à plumes peuvent être contaminés.

3.3 Les autres parasites

3.3.1 Parasites externes des volailles : Les poux

Deux sortes de poux font partis des parasites externes s’attaquant aux volailles.

Les poux rouges sont des acariens qui se nourrissent du sang des poules. Par conséquent, ils peuvent causer de l’anémie, une perte de poids, une diminution de la production d’œufs, et même la mort si l’infestation est sévère. Les poux rouges vivent dans le poulailler, en particulier les fissures et recoins. De plus, ils craignent la lumière. Dans le cas de grosses infestations, ils peuvent aussi rester sur les animaux. Ils se multiplient très vite. La mise en place de moyen de détection est donc essentiel afin de pouvoir traiter le poulailler au plus vite.

poux rouges dans le poulailler

Les poux mallophages, quant à eux, se nourrissent des plumes et des écailles de la peau des poules, ce qui peut causer des irritations et des lésions cutanées. Un bain de poussière à disposition des animaux permettra aux volailles de se débarrasser de ces poux.

3.3.2 Les parasites internes : les vers

Les vers sont un autre parasite commun chez les poules. Ces parasites internes vivent dans le système digestif de la poule. Ainsi, les vers ronds, tels que les ascaris, peuvent causer des problèmes respiratoires et intestinaux. Par ailleurs, les vers plats, comme les ténias, peuvent causer une diminution de la production d’œufs et des diarrhées.

4. Les symptômes et les traitements

Dans cette partie de l’article, nous allons aborder les différentes manières de détecter les maladies chez les poules. Par la suite, les traitements médicaux disponibles, ainsi que les remèdes naturels et les précautions à prendre. Il est important de surveiller la santé de vos poulettes de près. En effet, cela peut aider à prévenir la propagation des maladies et à assurer leur bien-être. En plus de cela, nous examinerons également si les maladies des volailles sont transmissibles à l’homme.

4.1 Comment détecter les maladies chez les poules ?

Il est important de surveiller régulièrement l’état de santé de votre basse-cour pour détecter rapidement toute maladie. Les signes d’une poule malade peuvent inclure une poule prostrée, qui reste seule et ne veut pas manger ou boire.

Voici les symptômes annonciateurs de la maladie chez les poulets :

  • la boiterie,
  • les yeux fermées et collants,
  • de la diarrhée,
  • de la toux,
  • des éternuements,
  • des changements dans la couleur, la consistance ou l’odeur des fientes,
  • des oeufs anormaux.

Les poules pondeuses stressées peuvent aussi pondre des oeufs mous.

4.2 Les traitements médicaux disponibles

Les traitements médicaux disponibles pour les maladies des poules peuvent inclure des antibiotiques, des antiparasitaires et d’autres médicaments prescrits par un vétérinaire. Il est important de suivre les instructions du vétérinaire pour éviter une surdose ou une utilisation inappropriée des médicaments. Il est également important de ne pas consommer les œufs ou la viande des poules qui ont été traitées avec des médicaments, car cela peut causer des problèmes de santé chez l’homme.

4.3 Les remèdes naturels et les précautions à prendre

Il existe également des remèdes naturels pour aider à prévenir et traiter les maladies chez les poules. Ces remèdes comprennent l’utilisation de plantes médicinales, telles que le thym et la menthe, ainsi que l’ajout de complément alimentaire comme la levure de bière.

Ida Plus – Poudre de levure de bière Pure – 3 kg – Produit 100 % Naturel pour Chiens, Chats et Chevaux – Complément Alimentaire pour Un Pelage Brillant – Peau Saine – Riche en vitamines B, minéraux
  • 💙 RICHE EN VITAMINES B – En raison de la teneur élevée en vitamines B, l’organisme est naturellement approvisionné en vitamines B vitales
  • 💙 UNE PEAU SAINE ET UN BEAU PELAGE – La biotine, le cuivre et le zinc qu’elle contient favorisent un pelage fort et brillant et soutiennent la santé de la peau
  • 💙 100 % NATUREL ET PUR – La poudre de levure de bière naturelle Ida Plus est fabriquée à partir d’ingrédients naturels et convient aussi bien aux chiens, aux chats qu’aux chevaux

Il est également important de prendre des précautions d’hygiène pour éviter la propagation de maladies, telles que le nettoyage régulier du poulailler, des mangeoires et abreuvoirs.

4.4 Les maladies des poules sont-elles transmissibles à l’homme ?

Certaines maladies des poules peuvent être transmissibles à l’homme, telles que la salmonellose, qui peut être contractée en mangeant des œufs crus ou insuffisamment cuits. Il est donc important de prendre des mesures d’hygiène adéquates lors de la manipulation des œufs. Afin d’éviter tout transmission, il faudra se laver les mains après le nettoyage du poulailler mais aussi en cuisant correctement les œufs. Il est également important de consulter un médecin si vous pensez avoir été exposé à une maladie transmissible.

5. La prévention des maladies des poules

Les maladies peuvent avoir un impact significatif sur la santé et la production des poules pondeuses. C’est pourquoi, en tant que propriétaire de poulettes, il est important de comprendre les différentes mesures de prévention qui peuvent être mises en place pour protéger vos oiseaux de compagnie. Dans ce paragraphe, nous allons examiner les différentes stratégies préventives que vous pouvez utiliser pour minimiser les risques de maladies chez vos poules.

5.1 Les mesures d’hygiène à prendre

Il est crucial de maintenir une bonne hygiène dans la basse-cour pour éviter la propagation des maladies. Voici quelques mesures préventives à prendre pour assurer la santé des poules :

  • Nettoyez régulièrement le poulailler en enlevant les fientes et en désinfectant le sol et les équipements au savon noir,
  • Changez régulièrement la litière pour éviter l’accumulation de bactéries et de parasites,
  • Gardez la nourriture et l’eau des poules propres et fraîches,
  • Évitez les contacts avec d’autres volailles et les oiseaux sauvages qui peuvent être porteurs de maladies et de parasites,
  • Lavez-vous les mains avant et après avoir manipulé les poules pour éviter la transmission de maladies.

5.2 L’alimentation et la nutrition des poules

Une alimentation équilibrée est essentielle pour maintenir la santé des poulettes et prévenir les maladies. Voici quelques conseils :

  • Fournissez une alimentation complète et équilibrée qui contient des protéines, des glucides, des lipides, des vitamines et des minéraux,
  • Évitez de donner des aliments toxiques, avariés ou moisissures qui peuvent causer des maladies,
  • Elaborer des pâtées afin d’assurer la performance du système immunitaire,
  • Assurez-vous que les poules ont accès à de l’eau propre et fraîche en tout temps.

5.3 Les vaccinations

Les vaccins sont disponibles pour prévenir certaines maladies courantes chez les poules, notamment la maladie de Marek, la maladie de Newcastle et de Gumboro. Cependant, en France, les vaccins ne sont malheureusement pas disponibles pour les particuliers même auprès d’un vétérinaire. Seul les éleveurs peuvent commander les vaccins qui sont fournis uniquement par lot de centaines voir milliers.

Les maladies des poules

En conclusion, il est essentiel de prendre soin de la santé de ses poules pour maintenir un cheptel sain et productif. Les principales maladies infectieuses et non infectieuses ont été présentées dans cet article, ainsi que les symptômes et les traitements associés.

Il est important de surveiller régulièrement l’état de santé de ses poules et d’agir rapidement en cas de signes de maladie. La prévention est également essentielle pour éviter la propagation des maladies et assurer une bonne santé à long terme pour les volailles. Les mesures d’hygiène, la nutrition adéquate sont des moyens efficaces de maintenir une basse-cour en bonne santé. En prenant soin de nos poules, nous assurons non seulement leur bien-être, mais également la qualité de leurs oeufs pour notre consommation.

Maladies des poules

La présentation de ce produit a été réalisée avec le plugin AAWP.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :